Orphée

Orphée

Joué par La Comédie d’Ascalie le Lundi 28 mars (2e partie).

« Vous connaissez le mythe : Orphée, le grand poète de Thrace, passait pour dompter les fauves. Or, il venait de réussir quelque chose de beaucoup plus difficile : il venait de charmer une jeune fille, Eurydice, de l’arracher au mauvais milieu des Bacchantes. La reine des Bacchantes, furieuse, empoisonna la jeune femme. Orphée obtint d’aller la chercher aux Enfers, mais le pacte lui interdisait de se retourner vers elle ; s’il se retournait, il la perdait pour toujours. Il se retourna. Les Bacchantes l’assaillirent et le décapitèrent, et, décapité, sa tête appelait encore Eurydice.
Je vous résume la légende, suivie pas à pas dans ma pièce. J’y ai ajouté quelques personnages : l’ange Heurtebise, et la Mort, traitée dans le style des mystères du Moyen Âge, un commissaire qu’il vous semblera bien avoir déjà rencontré je ne sais où, et un cheval blanc.»
Jean Cocteau,7 décembre 1927.

Le mythe d’Orphée, revisité par Jean Cocteau, prend un tour pour le moins léger et fantaisiste : loin du drame antique, la pièce de Cocteau joue sur l’anachronisme, le spectaculaire et l’insolite grâce à de multiples effets scéniques et à de savoureux dialogues.